Repas du 24 Juillet 2014

Pour sa troisième organisation, le Food not bombs d’Avignon a eu lieu dans des circonstances particulières…en pleine période du festival d’Avignon ! Un contexte qui n’a pas été sans influence sur la fréquentation du stand…
Un stand ? On pourrait même parler de buffet ! Les quatre cuisinières ont su faire preuve d’imagination avec la récolte abondante de fruits et légumes sur les marchés. En effet, la récupération des produits se fait habituellement sur le marché de Villeneuve-Lès-Avignon. Voilà que l’une des cuisinières a également fait un tour la veille sur le marché de la Rocade. En plus des incontournables tomates et courgettes, du chou rouge a été récupéré. Beaucoup de fruits ont été généreusement offerts au collectif: pêches, bananes,
En fin d’après-midi, il est sortit de la cuisine des tartes salées, une excellente ratatouille, les inconditionnelles pâtes sauce tomate, une purée de chou rouge, et en sucré des cakes et une tarte à la banane (une première pour le Food, mais déjà une valeur sûr !) ainsi que des smoothies. 
Lors du montage du stand Place Pie, plusieurs personnes ont complété l’équipe présente. A peine mises en place, ces tables pleines de plats ont attiré des curieux. Deux touristes brésiliennes ont été émues de cette action inattendue, et nous ont pris dans leur bras. Les premiers sans-abris sont venus, avec parmi eux des habitués du Food qu’il fait toujours plaisir de revoir. Pendant que certains faisaient le tour de la ville pour chercher d’autres personnes dans le besoin, les visites aux stands se sont succédées. Un groupe de seniors est venu s’installer sur les bancs avec nous, une assiette copieusement garnie en main. Un employé de la mairie passant par la place pendant son travail, a souhaité rester avec nous quelques temps. Une polonaise nous a indiqué que le collectif existait aussi dans sa ville de résidence et a été ravi de retrouver une action identique sur Avignon. Plusieurs groupes de jeunes se sont également arrêtés, certains restants jusque tard pour discuter des possibilités de faire un Food Not Bombs aux alentours dans leur région, d’autres pour échanger sur le véganisme. A leurs côtés, un habitué jouait de la guitare et la faisait essayer à qui le souhaitait. 
Le Food a profité de la présence d’une population estivale pour réussir au mieux à remplir l’un de ses principes : créer une ambiance de partage entre personnes de milieux, d’origines et d’âges variés. Les nombreuses félicitations reçues ce jour-là encouragent le collectif à continuer ses actions. Elles montrent aussi la possibilité de faire tomber les barrières sociales à travers la prise de conscience de l’utilisation déconcertante des ressources alimentaires.